Etoile Sportive Eysinaise : site officiel du club de foot de EYSINES - footeo

Article paru sur le site de la ligue

26 avril 2013 - 11:21

 

jeudi 25 avril 2013 - 11h37

Bénévoles : Saison 2012-2013

L'Etoile Sportive Eysines ! Un club responsable !!

Lundi dernier, l'ES Eysines organisait un colloque très intéressant sur « La Violence Dans Le Sport ». C'est une initiative intéressante et bien d'actualité que les Présidents Mrs DARMUZEY, et leurs adjoints ont mis tout récemment en forme. Le thème de ce colloque n'avait pas été choisi par hasard. En effet, la société dans laquelle nous vivons traverse depuis quelques années une période de turbulences qui a des conséquences fâcheuses sur le sport.

Mrs DARMUZEY, soutenus notamment par Mme BOST Maire de la ville, et Mr LELAURAIN, Adjont aux Sports, souhaitaient réunir des responsables de différentes disciplines, afin de connaître leurs opinions, leurs idées, les écouter, et essayer de tirer quelques notions bénéfiques pour l'avenir du sport. Des responsables de la LICRA, du CDOS, de l'AFCAM, de notre Ligue représentée par son Président Amador CARRERAS, du District de Bordeaux représenté par Mrs GUIT et Grenier, participaient aux débats. Toutes les sections sportives de l'E.S EYSINES étaient invitées, et quinze sur vingt cinq s'étaient déplacées, ce qui est assez remarquable! C'est Mr LELAURAIN qui ouvrit la réunion. Il remercia et se félicita de la nombreuse assistance. Sans délais, il donna la parole à Mme FRANCERIES, membre du CDOS, qui se chargea de brosser le tableau de ce fléau qui gangrène le sport. Elle déclara que les violences se trouvent dans le monde du travail, comme dans le monde du sport.  La violence peut figurer dans le harcelement, comme dans les incivilités du sport : intimidation, créer des troubles psychologiques, violences physiques, chantage...

 

 "La violence dans le sport, c'est avoir une attitude qui n'est pas dans les règles du sport" dixit Mme FRANCERIES.


D'autre part, elle estime que la violence dans notre vie est en baisse, mais par contre on en parle beaucoup. Elle proposa que pour lutter contre la violence, il convient de former sans cesse des bénévoles capables d'accompagner notamment les jeunes. De plus il est nécessaire d'intégrer et sensibiliser les parents Il est capital que les entraineurs soient à l'écoute des joueurs adultes certes, mais aussi et surtout des jeunes. Il faut noter que ces personnes sont dans la vie dans des situations délicates. Mme CHAPUIS, représantante de la LICRA, après avoir présenté cette association, ne manqua pas de signaler les nombreux cas de racisme sur les stades. Elle souligna la présence de groupes extrémistes qui insultent systématiquement, et se révèlent être particulièrement racistes et agressifs. Elle cita le football comme étant le sport dans lequel on trouve la plus forte proportion de violence. Il semble que ses propos ne soient pas justifiés, car en effet le foot avec ses deux millions de licencié(e)s, et ses milliers de matchs joués chaque semaine ne puisse être comparé à des disciplines beaucoup plus discrets. C'est ce que le Président Amador CARRERAS ne manqua pas de  signaler. Mme CHAPUIS proposa la nécessité de former des éducateurs, lesquels se chargeront ensuite d'éduquer les jeunes. De plus, elle demanda la signature par tous les clubs, d'une charte concernant l'engagement de la lutte contre la violence.

Mr MARTIN, Président de l'A.F.C A M (association française du corps arbitral multisports) dont la vocation est de lutter contre le racisme, l'antisémitisme, la violence dans les différentes disciplines. (il est à remarquer que cette association a été crée par Mr MARTIN et Mr CARRERAS, notre Président, voilà 22ans) décrypta la violence dans le sport. Ancien arbitre de rugby de haut niveau, il a pu constater tous les tenants et aboutissants de la violence dans le sport. Il révéla de plus que le rugby qui lui aussi lutte contre la violence a décidé de se montrer particulièrement sévère dans ses sanctions contre la violence. Par exemple: Un carton rouge "coûte" 500 euros au club, et 120 jours de suspension au joueur ! Il dut constater lui aussi qu'un grand nombre de parents ne s'investissent pas dans la vie du club de leur fils, mais que de plus, parfois, lorsqu'ils sont présents sur les terrains, ils se montrent eux-mêmes violents. Le Président CARRERAS intervint alors et éleva quelque peu les débats. Il  déclara que bon nombre de pratiquants, n'ont plus de repères dans leur vie, n'ont plus conscience des valeurs humaines.  Les jeunes qui cherchent du travail ne sont pas dans les meilleures conditions lorsqu'ils disputent une compétition. La société, l'environnement, sont responsables. On constate que lorsque les joueurs ont un emploi, leur comportement sur les terrains est différent. Ils jouent alors dans un bon esprit. Mr CARRERAS regrette par ailleurs la suppression de cadres éducateurs par les autorités politiques. " Tout se passe comme si le sport était victime d'un acharnement".

Mr DARMUZEY, Président de l'E.S EYSINES, trés impliqué dans l'organisation de cette soirée, intervint alors, déclara en insistant que pour lui la violence vient d'ailleurs. Toutefois, il confirma les paroles du Président CARRERAS, en disant : "les joueurs ont des soucis, et la moindre étincelle, peut faire éclater des incidents. » Mr DARMUZEY rappela fort justement que son club avait instauré une charte très rigoureuse en 2002, cela suite à un incident violent et regrettable, que son club avait du subir. Depuis, chaque joueur qui décide de prendre et signer une licence dans le club, prend connaissance de la charte, la signe et cet engagement demeure en permanence dans son dossier déposé au club! Il semble que cette mesure s'avère être efficace. Mme BOST Maire, enfin, s'exprima et regretta les propos sombres sur le sport qu'elle venait d'entendre. Pour elle, le sport est une compétition. Les joueurs expriment parfois leur malaise exacerbé, ce qui n'est pas l'esprit du sport. Le rôle du sport au contraire est de juguler cette violence, ceci étant toutefois un travail de longue haleine. Pour Mme BOST, il est important de faire participer les parents, de s'entretenir avec eux afin de faire progresser la relation enfants/parents. Mme Bost termina son intervention en déclarant "l'éducation et l'urbanisme sont deux choses très importantes dans la vie d'une mairie". Mr LELAURAIN clôtura cette longue séance de travail au cours de laquelle les échanges furent nombreux et pertinents, l'assistance ayant été particulièrement participative. Il forma des vœux en souhaitant que d'autres colloques de cette qualité puissent avoir lieu dans de nombreux clubs, afin de motiver et regrouper les sportifs, et faire ainsi disparaitre autant que faire se peut la violence de tous les terrains de sports

Commentaires

LE PEF